Manque de places

logo_petit

 

Aujourd’hui, les personnes en situation de handicap et leurs proches n’acceptent plus d’attendre plusieurs mois, voire plusieurs années, qu’une place se libère dans une institution spécialisée. Durant cette longue et difficile attente c’est aux familles d’assumer la prise en charge et de faire appel à l’hôpital psychiatrique quand la situation devient ingérable!

Manifestation: Mardi 15 septembre 2015 de 16h30 à 18h30 à la Place Neuve
Plus de 150 parents, proches, personnes en situation de handicap, et partenaires se sont mobilisés en cette fin d’après-midi du mardi 15 septembre 2015 à la Place Neuve. Ils demandent aux autorités cantonales de trouver des solutions d’accueil dans les institutions genevoises. Cette situation ne peut plus durer! Les personnes en situation de handicap ont droit à une prise en charge adaptée à leurs besoins. Elles doivent pouvoir bénéficier de projets de travail et de vie. Les parents ne peuvent plus accepter de voir leurs enfants rester à temps complet dans leurs familles car aucune prise en charge ne leur est proposée. Leurs fils/filles doivent pouvoir bénéficier d’un accompagnement spécialisé qui leur permettra de consolider leurs connaissances, d’acquérir de nouvelles compétences et de vivre sereins. L’Hôpital psychiatrique ne doit plus être utilisé comme un lieu de vie en attendant qu’une place dans une structure socio-éducative soit disponible!
Les familles et les proches attendent que des solutions concrètes de prise en charge soient proposées dans les plus brefs délais aux personnes qui n’ont pas de places aujourd’hui, qui attendent dans leurs familles, à l’hôpital, dans des hôtels et ce depuis des mois voire des années. La liste d’attente est longue, puisqu’il manque entre 139 et 220 places, et les parents ne peuvent plus attendre. Les familles sont épuisées et à bout de force et ne peuvent pas répondre seules aux besoins de leurs fils/filles. Les associations de parents et de proches, qui sont prêtes à travailler en partenariat avec le canton pour faire évoluer la situation et trouver des solutions se mobiliseront encore pour des actions si rien ne bouge.

Les membres parents d’insieme-Genève veulent :
•    exprimer leur colère
•    sortir de l’ombre et de l’anonymat pour faire valoir les droits de leurs enfants
•    que leurs enfants puissent avoir un vrai projet de travail et de vie
•    alerter la population genevoise et les responsables politiques
•    que des solutions de prise en charge adaptées soient trouvées rapidement.

Action « cartes postales »
En amont de ce grand rassemblement, une action « cartes postales » a été lancée.
Elle est destinée à rappeler au Conseiller d’Etat en charge du DEAS, Monsieur Mauro Poggia, que des places doivent s’ouvrir rapidement pour l’accueil des situations urgentes.
Nous vous invitons donc vivement à lui envoyer une carte avec votre signature à partir du 7 septembre 2015. Si vous souhaitez mobiliser vos amis et proches pour participer aussi à cette action, des cartes sont disponibles au secrétariat de l’association.

Flyer de mobilisation à télécharger ici

Une page facebook a été créée pour permettre de diffuser à toutes les personnes concernées, leurs proches, et à la population genevoise toutes les informations utiles pour une mobilisation forte: www.facebook.com/pasdeplaces

Les médias en parle:
– Tribune de Genève : http://mobile2.tdg.ch/articles/11928884
– Le Courrier : http://www.lecourrier.ch/132615/penurie_de_places_pour_les_personnes_handicapees
– Le 20 minutes : http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Pas-assez-de-places-pour-les-jeunes-handicapes-23373326
– Bluewin.ch : https://www.bluewin.ch/fr/infos/ge—vd/region_geneva/2015/9/11/colere-des-associations-face-au-manque-de-place-en.html
– Tribune de Genève: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Inadmissible-que-des-handicapes-soient-abandonnes-dans-une-ville-comme-Geneve/story/11731746
– Léman Bleu: http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=27786

Historique: Depuis maintenant plusieurs années, les membres d’insieme-Genève et d’autres associations font le constat que la prise en charge de leurs fils/filles n’est plus garantie. Cette situation est encore plus prononcée au moment du passage à la majorité.
En juin 2013, sous l’égide de la FéGAPH, fédération genevoise des associations de personnes handicapées et de leurs proches, la pétition 1874 « des places en institution pour les personnes handicapées qui en ont besoin » a été déposée au Grand Conseil, munie de 3102 signatures.
Les signataires de la pétition demandaient aux autorités cantonales d’appliquer les lois en vigueur et de garantir à toutes les personnes handicapées de notre canton une prise en charge adéquate et une place en institution pour celles qui en ont besoin.
En mars 2014, la FéGAPH s’est à nouveau mobilisée avec le soutien de certains députés pour que la pétition soit traitée par le Conseil d’État. Ce dernier a rendu son rapport en janvier 2015. Pour les associations de personnes et de proches, le rapport manquait de transparence concernant la planification cantonale des 4 prochaines années et les places annoncées ne répondaient pas aux besoins répertoriés. La commission des affaires sociales du Grand Conseil a donc été chargée à cette même période d’étudier le rapport du Conseil d’État.
En juin 2015, la commission des affaires sociales a rendu son rapport et les principales conclusions sont les suivantes: Le Département de l’économie, des affaires sociales et de la santé reconnaît que Genève ne répond pas pour le moment complètement à la demande de places pour des personnes handicapées qui ont besoin d’une structure d’internat. Le DEAS souhaite faire face à la situation dans les meilleurs délais. Le nombre de personnes en attente d’une place se situe entre 139 et 220.
Mais aujourd’hui, les personnes en situation de handicap et leurs proches n’acceptent plus d’attendre plusieurs mois qu’une place se libère dans une institution spécialisée. Durant cette longue et difficile attente c’est aux familles d’assumer la prise en charge et de faire appel à l’hôpital psychiatrique quand la situation devient ingérable!
Les parents des jeunes de 17/18 ans, membres d’insieme-Genève, qui en juillet n’avaient toujours pas trouvé de places même en atelier/centre de jour pour fin août et les parents des personnes vieillissantes qui attendent depuis plusieurs années une place: – veulent exprimer leur colère;
– veulent sortir de l’ombre et de l’anonymat pour faire valoir les droits de leurs enfants;
– veulent que leurs enfants puissent avoir un vrai projet de travail et de vie;
– veulent se mobiliser activement pour alerter la population genevoise et les responsables politiques;
– veulent que des solutions adaptées soient trouvées rapidement.

Pour plus d’informations, vous pouvez aussi vous rendre sur les pages facebook de la FéGAPH et du groupe « Handicapés à Genève : pas de places ! »
https://www.facebook.com/FeGAPH;
https://www.facebook.com/pasdeplaces;

Personnes de contact :
Cyril Mizrahi, président de la FéGAPH                          079 412 21 80
Augusto Cosatti, président d’insieme-Genève              079 689 79 73
Jean Dambron, président du Relais                              022 781 65 20
C’est maintenant qu’il faut s’unir et se mobiliser en nombre!

picto-solo